Filtrer par

Catégorie

La bouffée délirante aigüe, spécifique à la nosologie française, proche du trouble schizophréniforme des anglo-saxons, se caractérise par son début brutal, ses thèmes polymorphes avec un délire riche, associée à une symptomatologie thymique et subconfusionnelle. Son caractère est spontanément résolutif mais elle pose toujours la question de l'étiologie et du pronostic.
Les auteurs évoquent un changement relativement récent du contenu du délire, avec un impact de plus en plus important des médias en partant de deux cas cliniques. 
Dans le premier cas, la patiente, âgée de 19 ans, présente un délire d'installation brutale, durant un concert, sans prise de toxique, à thématique érotomaniaque centrée sur une chanteuse célèbre, dont la fréquence de passage des clips à la télévision est impressionnante .La résolution rapide des troubles délirants, sous des doses minimes de neuroleptique atypique, ont permis de mieux comprendre le glissement rapide allant de la fascination vers la conviction délirante "elle n'a regardé que moi, j'étais la seule qu'elle voyait dans la fosse..." chez cette jeune patiente en quête de repères identitaires et d'un projet professionnel. 
Dans le second cas, le patient, âgé de 21 ans, manifeste une bouffée délirante aigüe dont le thème principal est la filiation avec un terroriste dont les informations télévisées ont décrit son histoire personnelle à répétition. Les manifestations se sont vite amendées sous doses modérées de traitement neuroleptique et le patient a pu expliquer son désir identitaire "il n'y a que moi qui peut le sauver des griffes des C.R.S., il est mon frère, notre sang est identique..." dans le cadre d'une absence de structuration familiale et d'absence d'image paternelle.
Les auteurs apportent un éclairage et une réflexion autour de ces nouveaux contenus, issus d'une fontaine médiatique toujours pleine et apportent des pistes pour mieux comprendre et appréhender ces manifestations qui surviennent dans une population jeune à la recherche d'un modèle identitaire.

Commentaires de la présentation

Soyez le premier à commenter cette présentation

Back to main page in