Filter by

Category

Introduction.
 
Une altération des fonctions métacognitives interpersonnelles caractérise divers troubles psychiatriques en particulier la schizophrénie. Cette étude pilote, à notre connaissance, la première en langue française examine la relation entre les capacités métacognitives interpersonnelles, le Self, l’Insight et les symptômes psychiatriques chez des patients souffrant d’un trouble schizophrénique.
 
Méthode.
 
Patients. Dix patients âgés en moyenne de 46 ans (ET=6), avec une durée moyenne de maladie de 20 ans (ET=7), tous au bénéfice d’un traitement psycho-pharmachologique et régulièrement suivis en milieu psychiatrique ambulatoire ont été inclus dans l’étude.
 
Procédure. L’évaluation comprenait des mesures de symptômes (BPRS 4.0), d’Insight (item G 12 de la PANSS) et du Self (SOS). Le discours obtenu par l’entretien semi structuré sur l’histoire personnelle et de la maladie (IPII), enregistré en vidéo puis retranscrit, a été analysé avec la MAS-A, l’échelle de métacognition pour les troubles psychotiques.
 
Résultats.
 
Les habiletés de Compréhension de la Pensée d’Autrui sont significativement associées à la dimension du Self-Engulfed (r=.61, p=.049) et à l’Insight (r=-.66, p=.044), la Décentration aux symptômes négatifs (r=-.67, p=.034) et les capacités de Maîtrise au Self-Engulfed (r=-.65, p=.044). En revanche, les habiletés Autoréflexives ne sont corrélées avec aucune des variables considérées.
 
Discussion.
 
Ces résultats, bien que préliminaires, viennent confirmer ceux des études anglo-saxonnes précédentes. Ces dernières soulignent l’importance de considérer la métacognition comme une cible thérapeutique chez les patients avec un trouble schizophrénique. Des thérapies spécifiques comme la MERIT (Metacognitive Reflection and Insight Therapy) ou laTMI (Thérapie Métacognitive Interpersonnelle) sont en cours de validation. 
  

Presentation comments

Be the first to comment this presentation

Back to main page in