Filter by

Category

Introduction
Une augmentation récente des taux de fréquentation des patients étrangers des services de psychiatrie a été observée. Le personnel soignant, amené à prodiguer des soins à des patients ayant un bagage culturel différent du sien, se trouve confronté à des difficultés d’interaction et de communication.  
L’objectif de notre travail était d’explorer la signification de la communication interculturelle avec une personne souffrant d’un trouble mental.

Matériel et méthodes
Il s’agit d’une étude qualitative d’inspiration ethnographique menée aux services de psychiatrie des CHU Farhat Hached (Sousse) et Fattouma Bourguiba (Monastir). Une entrevue semi-structurée a été menée auprès de 20 infirmiers recrutés à la base d’un échantillonnage par choix raisonné.

Résultats
Les résultats de notre étude nous informent sur la signification de la communication interculturelle au sein des pratiques de soins infirmiers en santé mentale, sur les obstacles à cette communication ainsi que sur les propositions de solutions pour une prise en charge adaptée et éthique des patients issus de cultures différentes.
Les aspects techniques et relationnels spécifiques des soins infirmiers en santé mentale ont été soulignés. Ils requièrent disponibilité, écoute, compréhension des problèmes, respect de la différence, accompagnement et relation d'aide ainsi que permanence et continuité.
L’évaluation des facteurs faisant obstacle à la communication avec un  patient  étranger atteint d’une maladie mentale a permis de relever, en plus de la barrière de la langue, des difficultés en rapport avec la méconnaissance des valeurs culturelles et des codes et sociaux.
Pour pallier à ces difficultés, des solutions ont été proposées dont l’introduction dans le cursus de formation de l’infirmier d’un chapitre relatif aux soins interculturels, l’instauration de sessions de formation pratique à l’hôpital, des stages à l’étranger dans le cadre d’un  échange interculturel ainsi que l’implantation de services de médiation interculturelle.

Conclusion
Dans notre travail, la barrière de la langue a constitué le principal obstacle énoncé au processus thérapeutique. En plus des moyens de communication non verbale, des propositions de solution prenant en compte les différences d′ordre culturel ont été formulées.

Références
(1) Olivero A.  Palazzol J. Informer le patient en psychiatrie : entre pratique clinique
et réflexion anthropologique, (2008) 163-171.
(2) Hudelson, P. & Vilpert, S. Overcoming language barriers with foreign-language speaking patients: a survey to investigate intra-hospital variation in attitudes and practices. BMC Health Services Research, (2009) 9, 187
(3) Berlin A., Gunnar N.,  Törnkvist L. Cultural competence among Swedish child health nurses after specific training: A randomized trial Nursing and Health Sciences, (2010)  12,381–391.

Presentation comments

Be the first to comment this presentation

Back to main page in