Filter by

Category

L’apparition d’un syndrome de stress post traumatique chez le sujet âgé, plusieurs dizaines d’années après l’évènement traumatique initial a  intégré le DSM V, sous l’appellation « état de stress post traumatique à début tardif». Cependant les écrits scientifiques portant sur ce syndrome sont, dans leur majorité, des cas cliniques. La méconnaissance de cette entité clinique, sa faible incidence, empêche la réalisation d’études permettant d’examiner les mécanismes physiopathologiques pouvant sous tendre l’ESPT « à début tardif ». C’est grâce à l’avancée des connaissances portant sur les modifications physiopathologiques liées au vieillissement que certaines hypothèses ont pu être posées. L’objectif de ce poster est de présenter ces hypothèses puis d’en discuter la portée à partir des résultats de deux grandes études prospectives portant sur la santé mentale des seniors.
A partir d’une revue de la littérature portant sur vieillissement et ESPT plusieurs pistes de recherche  apparaissent.
Une diminution du cortex préfrontal serait à l’origine d’une dysrégulation émotionnelle. Une mauvaise régulation chronique du taux de cortisol ainsi que des traumatismes précoces dans l’enfance pourrait engendrer  une diminution du volume hippocampique. Celle-ci serait  responsable d’une difficulté de fixation à court terme . Elle  entrainerait alors une utilisation proportionnellement plus importante de la mémoire ancienne, pouvant expliquer la réapparition d’événements traumatiques passés.
Ces hypothèses ont été reprises par deux grandes études prospectives (n > 2000) NESDO en Hollande  et ESPRIT en France, portant sur la santé  mentale des seniors .Elles identifient certains facteurs de risques d’apparition d’un « ESPT à début tardif» : le traumatisme précoce et les troubles anxieux chroniques , tous deux reliés à une dysrégulation chronique de la cortisolémie. En revanche, l’étude ESPRIT ne retrouve pas de lien entre volume hippocampique et traumatisme précoces (chez le sujet agé) .
 En conclusion, une étude prospective sur le devenir des patients atteints d’ESPT à début tardif serait intéressante pour explorer le lien entre ce syndrome et une entrée dans la démence car  cette entité a longtemps été considérée comme un prodrome de maladie neurodégénérative.

Presentation comments

Be the first to comment this presentation

Back to main page in