Filter by

Category

Introduction : L’usage pathologique du jeu vidéo (Internet Gaming Disorder ou IGD) est devenu un problème de santé à considérer. Depuis son introduction dans la section 3 du DSM-5, l’IGD cristallise encore plus l’attention des chercheurs. Il devient important de spécifier les conditions d’apparition de l’IGD afin mieux le traiter et le prévenir. L’une de ces spécifications concerne le type de jeu joué. En effet, les jeux de rôle en ligne ou MMORPG sont les jeux qui offrent la plus grande intensité d’addiction, notamment grâce à leur environnement virtuel pro-social.

D’autre part, l’IGD est lié à la dépression et à l’anxiété sociale. Nous proposons par la présente étude un éclaircissement de ce lien dans le cadre de la théorie cognitive de la dépression de Beck (1983). Nous examinons alors les effets de la sociotropie (dépendance sociale) et de l’autonomie (solitude, attrait pour les défis) sur l’émergence de symptômes dépressifs et d’anxiété sociale, selon le type de jeu joué.

Matériel et méthode : 233 joueurs (142 hommes et 91 femmes) ont été recrutés par Internet pour répondre aux questionnaires suivants : Questionnaire de Mesure de l’Intensité des Conduites Addictives (IGD), BDI-II (dépression), échelle d’anxiété sociale de Liebowitz, échelle de Sociotropie-Autonomie de Beck, nombre d’heures jouées par semaine et éléments démographiques (sexe et âge). Des comparaisons sont effectuées selon le type de jeu (MMORPG ou non).

Résultats : On relève une plus forte intensité d’addiction chez les joueurs de MMORPG, ainsi qu’un plus grand nombre d’heures jouées par semaine, une plus grande dépression et anxiété sociale.

Chez tous les joueurs, la sociotropie explique l’intensité de l’addiction et l’anxiété sociale. La sociotropie ne prédit pas la dépression. Toutefois, la dépression explique l’émergence de l’anxiété sociale. Les joueurs de MMORPG se démarquent par la prédiction de l’intensité de l’addiction par la dépression.

Discussion : Les joueurs en ligne gèrent leur détresse psychologique par le jeu pathologique. En thérapie, il convient de prendre en compte les spécificités du type de jeu et surtout de considérer la dépendance sociale chez les personnes présentant un IGD. 

Presentation comments

Be the first to comment this presentation

Back to main page in