Filter by

Category

Contexte : Nombreuses sont les études qui se sont penchées sur la nature du lien entre le criminel malade mental et sa victime. Le parricide est défini sur le plan criminologique par le meurtre du père ou de la mère par un enfant naturel ou adopté. Selon l’article 203 du code pénal tunisien, on qualifie de parricide le meurtre du père, de la mère ou tout autre ascendant.

Objectif : Dresser le profil sociodémographique, clinique et criminologique des patients ayant commis un parricide, hospitalisés au service de Psychiatrie Légale à l’Hopital Razi, La Manouba.
 
Méthodologie : Il s’agit d’une étude rétrospective à visée descriptive. Nous avons procédé à une revue des dossiers de 30 patients de sexe masculin qui étaient hospitalisés ou qui sont hospitalisés actuellement selon le mode HO suite à un non lieu pour cause de démence au sens de l’article 38du code pénal tunisien, suite à un patricide et/ ou matricide.
 
 
Résultats : Notre population était exclusivement masculine car le service n’a pas d’unité d’admission pour les femmes jusqu’à ce jour. Les sujets étaient majoritairement jeunes, sans profession, demeurant en milieu urbain avec des conditions socio-économiques faibles à moyennes. On a constaté que le crime  était dans la plupart des cas non prémédité et désorganisé sans tendance à maquiller la scène du crime, survenant dans une propriété privée principalement au domicile familial. L’arme du crime utilisée était une arme blanche le plus souvent. Les antécédents de violence antérieure ou de conduites addictives étaient rares. La dynamique familiale était le plus souvent perturbée, en effet, on a noté la présence prononcée de violence intrafamiliale et d’une relation conflictuelle surtout avec le père. La schizophrénie paranoïde était le diagnostic le plus souvent retenu. 

Presentation comments

Be the first to comment this presentation

Back to main page in