Filter by

Category

Introduction:
Des anomalies oculomotrices ainsi que des dysfonctions motrices ont été retrouvées dans la schizophrénie et chez des apparentés de patients, souvent proposées comme endophénotype de la maladie (Picard et al., 2009). Dans cette étude l'objectif est d’analyser chez des sujets appartenant au spectre de la schizophrénie le contrôle saccadique par une tâche de poursuite visuelle et de fixation, en ajustant les altérations sur l’importance des signes neurologiques mineurs (NSS) dans les différentes populations.
Méthodologie:
47 patients avec schizophrénie (SZ), 23 sujets à risque de développer une psychose (UHR), 39 apparentés des patients (AP) et 47 sujets contrôle (C) ont été recrutés. Les sujets ont été évalués pour les NSS en distinguant les pattern d’altérations oculomotrices selon l’importances du score de NSS obtenu (cuf off ≥ 11; Ouali et al. 2006). Dans la tache de la poursuite le sujet suivait une cible en déplacement sinusoïdal et horizontal sur l'écran ; dans la tache de la fixation, le sujet maintenait son attention sur la cible, placée au milieu de l'écran et inhibait les saccades vers les distracteurs.
Résultats:
Dans la tache de la poursuite, l’ANOVA montre plus d'erreurs chez les SZ versus C et  AP et d’autre part chez les UHR versus C et AP. On ne retrouve pas de AP ou C avec un score de NSS>11.  Les SZ avec NSS+ font plus d'erreurs par rapport aux C et aux patients avec NSS-. Pour les UHR, seulement les SZ-NSS+ font plus d'erreurs versus C.  Pour la fixation, par contre, les SZ commettent plus d'erreurs par versus C et AP. Les SZ-NSS + font plus d'erreurs versus C et SZ-NSS-.
Conclusion:
Ces résultats, en faveur d’ une désinhibition saccadique chez les patients avec schizophrénie, peuvent suggérer que le paradigme de poursuite visuelle sinusoïdale montre plus de sensibilité  que la fixation oculaire, pour la détection précoce avant l’éclosion des troubles. De plus, l'utilisation des NSS améliore et affine les altérations retrouvées en établissant des sous groupes.  Seule une étude longitudinale établira si le sous groupe de sujets à risque de développer une psychose avec un score élevé de NSS est plus susceptible d’évoluer vers une transition psychotique.

Presentation comments

Be the first to comment this presentation

Back to main page in