Filter by

Category

Diverses études ont montré un lien de causalité entre pathologies somatiques, iatrogénie et psychose. Ceci souligne l’importance d’intégrer ce lien dans une prise en charge médico-psychosociale pour prévenir une rechute dans une psychose débutante. Nous décrivons à travers une vignette clinique, la modalité de psychoéducation de l’origine organique d’un premier épisode psychotique et son intégration dans la prise en charge. Nous exposons le cas d’un jeune patient de 22 ans qui a présenté un épisode délirant aigu polymorphe. Le patient n’a aucun symptôme somatique. Le tableau clinique inaugural était variable avec des hallucinations auditives, désinhibition, labilité de l’humeur, pensée accélérée avec un discours et un comportement désorganisé. Devant un retard d’amélioration clinique sous antipsychotiques et l’atypicité du tableau clinique, une IRM cérébrale a été indiquée objectivant une lésion démyélinisante évoquant une sclérose en plaque. L’intervention de l’équipe mobile après stabilisation clinique était une psychoéducation autour des symptômes psychotiques et des interactions psycho-neurobiologiques sous jacentes. Des informations ont été investiguées sur les croyances du patient au sujet de l'origine des symptômes et des attitudes face aux stresseurs. La thérapie psycho éducative a aidé l'acceptation de symptômes à travers la construction d’un modèle explicatif pour tenter de donner sens à son expérience psychotique. L'obtention d'une description détaillée de cet épisode a permis de souligner l’atypicité du tableau clinique et d’argumentersur l’intérêt d’une collaboration multidisciplinaire dans laquelle l’équipe mobile intervient pour un soutien et un accompagnement du patient.L'intervention psychosociale a aidé à, travailler l’adhérence thérapeutique,fournir un support pour diminuer le risque de rechute, acquérir des stratégies adaptatives et coordonner entre les différents intervenants du réseau.Notre étude témoigne l’importance de la psychoéducation par rapport au substratum organique du premier épisode psychotique en donnant un rôle central au patient dans la gestion de ces troubles. Cette comorbidité apparait complexe et nécessite un accompagnement afin de, faciliter la prise en charge multidisciplinaire, stabiliser et  prévenir les rechutes.

Presentation comments

Be the first to comment this presentation

Back to main page in