Filter by

Category

Introduction:  L’internet est devenu dans les dernières décennies un moyen de communication indispensable dans notre vie quotidienne. Ceci a conduit à l’émergence d’une nouvelle forme d’addiction, la cyberaddiction. Ce phénomène prend de l’ampleur notamment parmi les jeunes qui peuvent plus facilement glisser vers un usage problématique d’Internet.
Objectifs et méthodes: L’objectif de notre travail est d’évaluer la prévalence de  la cyberaddiction dans une population de lycéens du gouvernorat de Nabeul et étudier sa relation avec la dépression. Au total, 111 lycéens ont été invités à répondre à l’inventaire de dépression de  Beck et au questionnaire de mesure de l’intensité des conduites addictives à l’internet (QMICA-I)  ainsi qu’à remplir une fiche épidémiologique.
Résultats: Notre population était constituée de 71.2 % de filles pour 28.8 % de garçons. L’âge moyen était de 16.75 ans. Tous les adolescents inclus dans l’étude ont utilisé internet au moins une fois dans leur vie. Au total deux tiers des adolescents disposaient de l’ADSL à domicile. La première activité en ligne des adolescents était le chat à travers les sites de chat et les réseaux sociaux, vient ensuite la recherche d’informations (53%), puis les jeux en ligne (49%). Le score moyen au test QMICA-I était de 25. Un quart des adolescents présentaient au moins une addiction légère à l’internet. Cette addiction a été liée à la disposition de l’ADSL à domicile, à l’utilisation des réseaux sociaux et des jeux en ligne. Le score moyen à l’échelle de Beck était de 15.86 avec un taux de dépression estimé à 38.7% selon la même échelle. Une relation statistiquement significative a été trouvée entre la cyberaddiction et la dépression.
Conclusion: La dépendance à internet est incontestable chez les lycéens de Nabeul selon les résultats de notre étude. Il convient alors de prévenir la cyberaddiction  en raison sa comorbidité avec la dépression.

Presentation comments

Be the first to comment this presentation

Back to main page in