Filter by

Category

Objectif : Le « workaholism », ou dépendance au travail, est une addiction comportementale qui n'est pas encore incluse dans les classifications internationales de pathologies mentales. Cependant, cette pathologie semble être fréquente chez les étudiants en médecine vu la grande charge de travail à laquelle ils font face et la grande compétition dans laquelle ils travaillent. L'objectif de cette étude est de trouver une différence de prévalence du « workaholism » au cours des années d’études médicales, et d’une prédisposition au « workaholism » dans une spécialité particulière d'internat par rapport aux autres spécialités et années d'études à l’Université Saint-Joseph à Beyrouth. Méthodes : Il s’agit d’une étude épidémiologique transversale monocentrique, au cours de laquelle nous avons interrogé 502 étudiants en médecine et internes, entre septembre et décembre 2014, à l’aide d’un questionnaire comportant une partie ciblant la collecte de données sociodémographiques et une partie formée par le Work Addiction Risk Test (WART). Le WART est un auto-questionnaire qui permet le dépistage du « workaholism »  Résultats : Les étudiants en médecine et les internes présentent une addiction légère au travail, avec un score WART de 64.35 en moyenne. Aucune différence significative entre les années n’a été notée, même après avoir contrôlé les autres variables sociodémographiques. La sous-population des internes a également manifesté des un score moyen du WART correspondant à une addiction minime au travail (63.7) sans différence significative entre les spécialités. Conclusion : Les étudiants en médecine à l’Université Saint-Joseph, ainsi que les internes présentent une forme légère de « workaholism » sans différence entre les années ou les différentes spécialités d’internat, ce qui rejoint les données de la littérature dans ce domaine.

Presentation comments

Be the first to comment this presentation

Back to main page in