Filter by

Category

Introduction : La prise en charge (PEC) de l’alcoolodépendance chronique repose avant tout sur les techniques non pharmacologiques. Les différents médicaments disponibles représentent un traitement d’appoint. Le nalméfène a obtenu en 2013  son autorisation de mise sur le marché. Il s’agit d’un modulateur du système opioïde. La nouveauté de cette molécule ne réside pas tant dans son mécanisme d’action que dans sa posologie originale, qui constitue en soi, une évolution thérapeutique : prise en fonction des besoins du patient.
Objectifs :
Principal : Vérifier le respect de la posologie proposée par le  laboratoire.
Secondaires : Observer l’amélioration du bilan hépatique, caractériser la population traitée, observer les rythmes de prise/posologie moyenne
Matériels et méthodes :
Recueil de données de prescription des patients traités par Selincro® de septembre 2014 à septembre 2015 pour comparaison des posologies prescrites et administrées.
Comparaison des résultats du bilan hépatique : ASAT/ALAT, GGT, avant et après au moins 2 mois de traitement
Résultats : Pour 98.6% des patients, le Selincro® est prescrit et administré en une prise quotidienne systématique avec une posologie moyenne de 1.03±0.12 cp/jour. Il a été prescrit chez 75 patients dont 24% de femmes et 77% d’hommes. L’âge moyen est de 49 ±16.1 ans. Le délai moyen  entre le 1er jour d’hospitalisation et l’instauration est de 33±83 jours. Pour 82% il est pris le matin et 18% le midi. A 79.7% des prescriptions, il est associé une benzodiazépine pour les signes de sevrage. 20.3% des patients avaient auparavant reçu de l’acamprosate, 5.4% de la naltrexone, 4.1% du baclofène et 2.7% du disulfirame .Les transaminases (ALAT et ASAT) sont significativement améliorées (test de Student, p=0.049 et p=0.040 respectivement). Toutefois le reste du bilan hépatique (GGT, TP) ne l’est pas (test de Student, p=0.09, 0.25 respectivement).
Conclusion : D’après cette étude rétrospective, il apparait que la posologie originale du laboratoire n’est pas celle utilisée. L’amélioration du bilan hépatique est du même ordre qu’avec les autres médicaments. Finalement, l’usage systématique du nalméfène ne le différencie par d’autres modulateurs opiacés comme la naltrexone, pour laquelle nous disposons de plus de recul.

Presentation comments

Be the first to comment this presentation

Back to main page in