Filter by

Category

Introduction.
Les personnes souffrant de schizophrénie présentent des perturbations de la Cognition Sociale qui ont été reliées aux dysfonctionnements des processus de Théorie de l’Esprit et d’Empathie, et également à des déficits dans le partage et la reconnaissance de l’humour (Corcoran et al. 1997; Bozikas et al. 2007; Haker 2009; Sparks et al. 2010; Tschacher et al. 2015). L’objectif de cette étude est d’investiguer dans la schizophrénie simultanément les spécificités pouvant exister pour ces différentes composantes de la Cognition Sociale (Tschacher et al. 2015).

Méthode.
Douze participants présentant un diagnostic de schizophrénie paranoïde (DSM-IV-TR, APA 2003), et 12 participants de contrôle appariés en âge, en genre et sur le niveau d’études sont inclus. L’anxiété et la dépression (HAD), ainsi que l’empathie (BES-A), mesurant l'empathie cognitive, la contagion et déconnexion émotionnelles (Carré et al. 2013) ont été évaluées. L’humour a ensuite été évalué par des questionnaires évaluant la compréhension (Situational Humor Response Questionnaire), et le recours à l’humour face à des situations stressantes issues d'exemples de la vie courante (Coping Humor Scale) (Martin & Lefcourt 1984; Martin 1996). Enfin, une tâche informatisée de cognition sociale non-verbale comprenant de la Théorie de l’Esprit, du raisonnement Empathique et du raisonnement causal a été proposée (Völlm et al. 2006).

Résultats.
Les participants schizophrènes ont rapporté des scores plus élevés pour l’anxiété (p<.05) et la dépression (p<.01). Concernant l’empathie, les patients schizophrènes ont présenté davantage de déconnexion émotionnelle (p<.01), contrairement à la contagion (p=.68) et l’empathie cognitive (p=.14). En ce qui concerne l’humour, les patients ont jugé des situations quotidiennes avec une plus faible « jovialité » (p<.001), et ont moins recours à l’humour (p<.001). Enfin, pour la cognition sociale non verbale, les patients ont des scores significativement plus faibles notamment pour l’empathie (p<.05) et la théorie de l’esprit (p<.001).

Discussion
Ces résultats confirment globalement ceux de la littérature et suggèrent la nécessité d’envisager les altérations de Cognition Sociale de la manière la plus complète possible, en vue d’établir de nouveaux outils cliniques plus écologiques (Cai et al. 2014).

Presentation comments

Be the first to comment this presentation

Back to main page in