Filter by

Category

Objectif : L’opération militaire  extérieure (OPEX) présente un terrain favorable à la survenue de troubles anxio-dépressifs (Pare, 2011). L’OPEX  désorganise le soutien social, dont la perception peut influer sur la santé mentale (Ozer et al., 2003). Cette étude vise à établir l’existence d’un lien entre le soutien social perçu et la symptomatologie anxio-dépressive  de militaires au fil d’une OPEX, et l'évolution de ces différentes dimensions.
Protocole : Vingt-trois militaires projetés en OPEX au Mali de juin à septembre 2014 ont participé à cette étude longitudinale. Agés de 22 à 44 ans (M= 33,52, ET= 8,29), ils ont complété trois auto-questionnaires psychologiques (anxiété : STAI-YA ; symptomatologie dépressive : BDI II ; soutien social perçu : QSSP) à quatre occasions : avant le départ en OPEX, au milieu de l’opération, puis avant et un mois après leur retour.
Résultats : Aux quatre évaluations, la symptomatologie dépressive et anxieuse est inférieure aux seuils cliniquesL’anxiété diminue au cours de l'OPEX. La satisfaction vis-à-vis du soutien social diminue au fil de l’opération par rapport à M0. Il n’existe aucun lien entre l’évolution de l'anxiété et de la satisfaction vis-à-vis du soutien social.
Discussion : Les résultats obtenus mettent en lumière deux phases plus critiques. Avant le départ, l’anxiété plus importante pourrait s’expliquer par des pensées anticipatives (Penney, 2014). Selon Lamia et Esparbes-Pistre (2004), l’impossibilité d’anticiper l’avenir est souvent source d’anxiété. Cette anxiété s’estomperait, dans le cas du militaire, une fois sur le théâtre d’opération. Après le retour,  la perception du soutien social ne s’améliore pas au contact de la famille. Pour Andrieu (2014), beaucoup d’émotions sont gardées sous silence pendant l’OPEX. Les retrouvailles constituent une phase au cours de laquelle toutes les difficultés resurgissent.
En conclusion, l’OPEX vécue par les 23  militaires de notre étude n’a pas eu de conséquences psychopathologiques décelables jusqu’à 1 mois après le retour. Cependant, deux périodes paraissent nécessiter plus d'attention pour la santé psychique des militaires : avant le départ et après le retour de la mission.
 

Presentation comments

Be the first to comment this presentation

Back to main page in