Filter by

Category

INTRODUCTION : L’évaluation de la dangerosité du patient schizophrène est une préoccupation clinique ancienne et complexe. 48 % des français pensent que les schizophrènes sont dangereux  pour  les  autres.
 Par  rapport  à  une  population indemne de pathologie mentale, la schizophrénie multiplierait le risque de violence par 4 à 16 chez l’homme et 6 à 26 chez la femme selon les études.
OBJECTIFS : faire une description des caractéristiques sociodémographiques, cliniques et criminologiques de ces patients, et dégager les éléments prédicteurs de passage à l’acte criminel.
METHODOLOGIE : C’est une étude rétrospective, de type descriptif sur dossier,  réalisée à l’hôpital Ar-razi de salé  concernant 20 patients ayant commis un homicide concernant une période s’étalant de 2005 à 2014. L’analyse des données a été réalisée par le logiciel statistique SPSS 20.
RESULTATS : 15% de nos patients avaient des antécédents judiciaires. Une comorbidité sur l’axe II était présente chez 15% de notre population, répartie entre le trouble de la personnalité anti-sociale à raison de 10%  et retard mental à raison de 5%.  50% consommaient du cannabis, 20% étaientusagers d’alcool et 5% consommaient des benzodiazépines. L’observance du traitement était médiocre chez 90%.

Presentation comments

Be the first to comment this presentation

Back to main page in