Filter by

Category

Dans un travail exploratoire par questionnaire rétrospectif, auto-administré et à choix multiples, les familles de 29 schizophrènes (SZ) ont fait état, dans l’enfance de ces  sujets, de nombreuses particularités neurocognitives, mais beaucoup plus souvent affectives, rarement observées chez 27 Contrôles Normaux (CN). Ces résultats suggéraient fortement la possibilité de détecter chez  80 % des futurs SZ,  la propension à développer la schizophrénie à l’âge adulte.
But du présent travail : Vérifier sur une base statistique plus large les conclusions de l’étude exploratoire.
Méthode : Le questionnaire a été réduit aux 78 items les plus prometteurs de la première étude et l’âge limité entre 0 et 12 ans. Des réponses valables ont  été recueillies pour 88 familles de malades et autant de CN.
Résultats : L’analyse Mann-Withney conclut que 26 questions distinguent, au seuil de .01, les CN des futurs SZ. La méthode du Chi2 établit, quant à elle, que 22 questions sont discriminatives au seuil de .001 et que, de plus, 19 questions le sont à un seuil allant de .01 à .05.
Aucun signe isolé n’est en soi caractéristique de suspicion. Ce qui est positif, à nouveau à 80 %, c’est l’association, chez l’enfant, de plusieurs critères  et surtout de leur intensité d’expression (les listes seront présentées). On relève (par Decision Tree) trois patterns principaux : hypersensibilité affective, pauvreté des coordinations et déficits neurocognitifs.
Conclusion L’existence précoce d’abondantes particularités de comportement (notamment  affectives) liées de façon assez spécifique au développement futur de la schizophrénie est démontrée par l’analyse statistique. Elle est confortée par la similitude de résultats dans deux études consécutives sur des populations différentes.
Le type de questionnaire proposé permet la détection précoce aisée de cas à risque pour des études prospectives ultérieures.
L’analyse qualitative des patterns de signes distinctifs précoces pourrait éclairer la genèse de la psychopathologie.
On peut émettre l’hypothèse que les trois types de troubles identifiés interagissent en spirale dès  l’enfance jusqu’à une éventuelle décompensation schizophrénique. Cette vue pourrait inspirer les traitements de différents ordres et peut-être la prévention.

Presentation comments

Be the first to comment this presentation

Back to main page in