Filter by

Category

L’anorexie mentale à début précoce est une malade rare et grave. Trop d’enfants et d’adolescents échappent encore aux traitements existants, évoluant vers des complications somatopsychiatriques et sociales sévères. Parmi ces jeunes, certains semblent en outre présenter des difficultés sociales invalidantes, qui seraient corrélées à un pronostic particulièrement sévère.
Les données actuelles de la littérature chez les adultes soulignent des similitudes entre anorexie mentale et troubles du spectre autistique (TSA). La Social Responsiveness Scale (SRS) est une échelle permettant de mesurer les traits autistiques, et en particulier les difficultés d’interactions sociales. Cette étude préliminaire propose donc d’appliquer la SRS à de jeunes patients présentant une anorexie mentale pour évaluer leurs capacités à interragir en situation sociale et rechercher d’éventuelles similitudes avec les difficultés observées dans les TSA.
Les parents de 14 patients (âge moyen : 12,17 ans, ET: 1,35) hospitalisés en unité spécialisée pour prise en charge d’une anorexie mentale restrictive à début précoce ont complété la SRS. Les patients ont également complété l’Eating Disorder Inventory-2 mesurant la sévérité de la symptomatologie alimentaire. L’Indice de Masse Corporelle et la durée d’évolution de la maladie étaient également renseignés.
Le score moyen de la SRS était 54,64 (ET : 8,9) correspondant à des interactions sociales dans les limites de la normale. 28,5% des patients obtenaient un score correspondant à une altération moyenne à modérée des interactions sociales. Aucun ne se situait au dessus du seuil des troubles du spectre autistique. Le sous score moyen « motivation sociale » (66,14 ; ET : 11,6) était le plus altéré, témoignant d’un possible déficit plus spécifiquement dans ce domaine.
La SRS pourrait donc être un outil intéressant pour évaluer les interactions sociales dans l’anorexie mentale à début précoce, et en particulier la motivation sociale mais des études complémentaires de plus grande envergure contrôlant les comorbidités anxieuses et dépressives sont nécessaires.

Presentation comments

Be the first to comment this presentation

Back to main page in