Filter by

Category

Le suicide, problème majeur de santé publique. Bien que les patients hospitalisés présentent très souvent de nombreux facteurs de risques, seuls 5% de l’ensemble des suicides répertoriés se produisent lors d’un séjour hospitalier et 1 à 4 décès par suicide sont à déplorer toutes les 1000 admissions. Le suicide concerne particulièrement les patients souffrant de schizophrénie. Malgré les progrès thérapeutiques, il représente 9 à 13 % des causes de décès dans cette population.
L’incidence du suicide en milieu hospitalier est de 250 pour 100 000 admissions dans les hôpitaux psychiatriques. Elle est de 1,8 pour 100 000 admissions dans les hôpitaux généraux, soit quatre à cinq fois plus qu’en population générale. De 5 à 6,5 % des suicides sont ainsi commis à l’hôpital : 3 à 5,5 % en hôpital psychiatrique et environ 2 % en hôpital général. Les facteurs de risque suicidaire sont multiples. C’est d’abord l’accessibilité à un ou plusieurs moyens de suicide. En milieu psychiatrique, la première semaine d’hospitalisation et les deux semaines qui suivent la sortie constituent des périodes critiques. Au cours de la première semaine d’hospitalisation, les facteurs de risque sont l’existence d’antécédents suicidaires personnels (et familiaux) et de tentative de suicide (TS) peu avant l’admission, un diagnostic de schizophrénie ou de trouble de l’humeur, une comorbidité alcoolique. Chez les schizophrènes masculins dont la maladie a débuté à l'adolescence, 21.5% soit plus d'un sur cinq se suicident.
Deux tiers de ces suicides ont lieu durant les six premières années d'évolution de la maladie, ce qui fait de cette période celle où le risque est le plus grand.

Presentation comments

Be the first to comment this presentation

Back to main page in