Filter by

Category

Les avortements spontanés à répétition (ASR) sont définis par trois pertes fœtales consécutives ou plus survenant avant vingt semaines de gestation, avec le même partenaire et concernent 0.5 à 4% des femmes. Les impacts psychologiques et conséquences psychiatriques des avortements spontanés (AS) ont longtemps été négligés. Ainsi, si la douleur morale consécutive à un AS paraît physiologique et adaptée, dans un processus d’acceptation, elle peut parfois s'intégrer dans un processus psychopathologique. L’impact psychologique des AS est désormais pris en compte identifiant le risque de dépression, troubles anxieux et du sommeil, de troubles obsessionnels compulsifs voire d’état de stress post-traumatique. Peu d’études portent sur l’impact psychologique des ASR et sur le rôle des distorsions cognitives associées. Pourtant, les pertes répétées, dont 50% restent inexpliquées, constituent des événements traumatiques nécessitant une prise en charge adaptée. Les conséquences pourraient s’intégrer dans un syndrome post-ASR et être étudiées comme un trouble spécifique dont la prise en charge cognitive représenterait un axe thérapeutique.
Une revue de la littérature à travers 39 articles identifie :
1/des conséquences directement liées à la perte, douleurs morales, deuil pathologique,  dépression
2/ des conséquences adaptatives individuelles, effondrement de l’estime de soi, sentiment de honte et de culpabilité, doute sur sa fertilité, conduisant à des attitudes anxieuses de repli et d’évitement évocatrices de phobies sociales
3/ des conséquences adaptatives relationnelles, sentiment d’incompréhension par les proches, les soignants, le conjoint ou encore jalousie à l’égard des personnes ne souffrant pas d’ASR majorant la culpabilité et devenant quasi-obsessionnelles.
La prise en charge de Mme S., nullipare, ayant subi 6 AS précoces inexpliquées, permet d’illustrer cette revue, par l'identification des distorsions et schémas cognitifs, la gestion des émotions et de l'intolérance à l'incertitude et la méditation en pleine conscience.
Ce travail souligne l’importance d’une prise en charge des patientes confrontées à des ASR et la nécessité d’études évaluant l’intérêt des thérapies cognitives et comportementales pour les conséquences psychologiques qu’elles subissent.

Presentation comments

Be the first to comment this presentation

Back to main page in