Filter by

Category

Introduction: La démographie des psychiatres au Maroc reste très faible face à une prévalence élevée des troubles dépressifs. Les omnipraticiens s’imposant comme alternative de soins, nous avons réalisé la présente enquête, afin de rechercher les facteurs associés à leur tendance à traiter eux-mêmes les patients dépressifs au lieu de les référer au psychiatre.
Méthodologie: Nous avons réalisé une enquête transversale auprès des omnipraticiens de la région centre-est du Maroc. Les données ont été recueillies par un auto-questionnaire anonyme à 36 questions en 3 sections (sociodémographique, connaissances sur la dépression et attitudes face au patient dépressif), puis analysées sur SPSS 13 avec ajustement aux facteurs de confusion via un modèle de régression linéaire pour la variable dépendante «score de connaissance sur la dépression» ainsi qu’un modèle de régression logistique pour la variable dépendante : «comportement de traiter ou référer le patient».
Résultats: Sur 330 médecins contactés, nous avons obtenu 223 questionnaires exploitables. Le sexe ratio de l’échantillon était de 1,6 et 75,8 % des médecins étaient âgés de plus de 35 ans. Le score moyen des connaissances sur la dépression était de 8,32 ±2,98. 43,5% des médecins se disaient confiants pour traiter les patients dépressifs alors que seuls 20,2% préféraient le faire eux-mêmes.
En analyse univariée, le score des connaissances diminue faiblement avec une ancienneté d’exercice supérieure à 10 ans (B=-0,85; p=0,004) et augmente avec la réalisation d’un stage en psychiatrie (B=1,692; p<0,01) et une formation postuniversitaire en psychiatrie (B=1,510; p=0,012). Ces facteurs ont évolué de la même façon en analyse multivariée.
En analyse multivariée, les facteurs associés au comportement «Traiter le patient dépressif» étaient le sexe masculin (p=0,019; OR=4,2), l’exercice libéral (p<0,001; OR=6,78), la confiance (p<0,001; OR=41,6), le stage de psychiatrie (p=0,004 ; OR=5,6) et le score de connaissances en thérapeutique (p=0,025; OR=1,37).
Conclusion: Nos résultats démontrent que le stage, les connaissances en thérapeutique de la dépression ainsi que la confiance représentent des facteurs potentiellement modifiables pour encourager l’omnipraticien à prendre en charge les patients dépressifs.

Presentation comments

Be the first to comment this presentation

Back to main page in