Filter by

Category

La dépendance à l’alcool a fait l’objet de nombreuses recherches faisant état d’une estime de soi altérée chez les personnes souffrant d’alcoolisme (Adès et Lejoyeux, 1991 ; Aubry, Gay, Romo et Joffre, 2004). Décrite comme l’appréciation que l’individu porte globalement sur lui-même, l’estime de soi lorsqu’elle est basse serait à l’origine des problèmes de comportement des personnes alcoolo-dépendantes (Sessions, 1967), et favoriserait plus précisément le recours aux substances (Aubry et al., 2004). Au travers de cette étude, nous questionnons l’estime de soi chez les personnes alcoolo-dépendantes ainsi que l’impact d’un engagement dans une prise en charge psychologique individuelle et groupale, sur l’estime de soi. Nous avons réalisé une étude sur 32 participants âgés de 21 à 59 ans (âge moyen = 41,66) hospitalisés pour une durée de quatre semaines dans un service d’addictologie et présentant une alcoolo-dépendance. L’évaluation de la dépendance a été réalisée à l’aide du SMAST et l’estime de soi par l’échelle d’estime de soi (ÉES-10) validée par Vallières et Vallerand (1990). Les participants étaient évalués sur ces deux échelles en début et en fin d’hospitalisation afin d’explorer des retentissements possibles sur l’estime de soi dans le cadre de la prise en charge psychologique. Les données statistiques montrent que les personnes souffrant d’alcoolo-dépendance manifestent une estime de soi plus basse à l’entrée en cure [X=26.08 (3.92)] en comparaison à la sortie [x=28.4 (4.75)] à l’ÉES-10. Le test de Wilcoxon montre une différence significative entre ces deux moyennes (t=105.5, p=0.03). Ces résultats vont dans le sens de l’hypothèse formulée : les personnes alcoolo-dépendantes semblent bénéficier d’une estime d’eux-mêmes plus positive en fin de prise en charge en comparaison à l’entrée. Le travail au travers de la prise en charge permettrait, par conséquent, une reconstruction de l’estime de soi. Cette étude nous amène à penser l’importance de la thérapeutique, et notamment les effets positifs de l’articulation de la prise en charge individuelle et groupale. Enfin, elle souligne l’importance de prendre en compte cette dimension psychologique chez les personnes souffrant de dépendance.

Presentation comments

Be the first to comment this presentation

Back to main page in