Filter by

Category

Parmi les zoonoses transmises à l’homme, la leptospiroseconstitue une affection générale causée par un agent bactérien « leptospira » à tropisme hépatique, rénal et méningé. Elle offre un polymorphisme clinique souvent trompeur, son diagnostic reposant sur un faisceau d’arguments clinico-biologiques avec comme examen biologique de certitude : le sérodiagnostic de Martin et Petit.
Nous rapportons le cas d’un jeune âgé de 25 ans hospitalisé pour troubles du comportement, agitation forcenée le tout sous tendu par un délire polymorphe, apparu de façon brutale. La mise sous divers traitements neuroleptiques n’a pas corrigé les troubles et le tableau clinique s’est aggravé par un moment confusionnel et hyperthermique. Dans le cadre de l’exploration, une batterie d’examens a été demandée à savoir un bilan biologique revenu en faveur d’une discrète insuffisance rénale et une hyperleucocytose ; par ailleurs, une IRM de l’encéphale, une ponction lombaire, une sérologie HIV,  herpétique et syphilitique sont tous revenus normaux en dehors d’un fond d’œil révélant un œdème papillaire. Et c’est l’anamnèse qui a été décisive dans l’orientation diagnostique puisqu’il a été rapporté que le patient a eu un séjour dans un milieu infesté par des rats ; par la suite le diagnostic de leptospirose a été conforté par la positivité du sérodiagnostic de Martin et Petit.

Presentation comments

Be the first to comment this presentation

Back to main page in