Filter by

Category

Introduction :
Devenus incontournables, les jeux vidéo restent toutefois critiqués, voire craints. L’addiction à ces jeux occupe ainsi une place de plus en plus importante tant dans la pensée collective qu’au niveau des professionnels de santé et de leur pratique. Une faible estime de soi serait un des éléments prédictifs de la dépendance aux jeux vidéo.
 
Objectif :
Etudier la relation entre  l’estime de soi et la pratique problématique des jeux vidéos et évaluer les différentes variables prédictives de la dépendance.
Méthodologie :
Il s’agit d’une étude transversale descriptive, portant sur des sujets âgés entre 15 et 25 ans, recrutés dans une salle de jeux vidéos. Les données ont été recueillies à l’aide d’une fiche  incluant les données sociodémographiques. La Game Addiction Scale (GAS) qui est une échelle de mesure de l’addiction et l’Echelle d’estime de soi de Rosemberg ont été utilisées. 
Résultat :
Nous avons recruté 70 participants. La moyenne d’âge était de 19 ans. Tous les sujets étaient de sexe masculin. Parmi l’ensemble des participants, 40% (n=28) étaient dépendants aux jeux vidéos selon la GAS. Dans la population dépendante, le nombre d’heures passées à jouer était de 5,20 heures/J en moyenne ce qui était significativement plus important que dans la population non dépendante (p=0,001). L’âge moyen et le niveau socio-économique étaient significativement plus faibles que ceux obtenus par la population non dépendante. Le score moyen obtenu à l’échelle d’estime de soi dans la population addict était égal à 23 et significativement plus faible que celui obtenu par la population non addict (p=0,002).

Presentation comments

Be the first to comment this presentation

Back to main page in