Filter by

Category

Les troubles du soi (identité) sont une caractéristique associée à la plupart des troubles psychiatriques, à l’exemple de la schizophrénie (SCZ). Cette pathologie se caractérise dans ce champ notamment par un trouble de la mémoire autobiographique (mémoire des événements et des informations personnelles permettant de construire un sentiment d’identité). Les relations réciproques qu’entretiennent la mémoire autobiographique et l’identité permettent au sujet de se percevoir dans le temps (passé, présent et futur). Les troubles de la mémoire autobiographique sont bien documentés dans la SCZ et seraient responsables de l’émergence d’une identité perturbée. Le premier épisode psychotique est généralement précédé par une phase prodromique, où des symptômes psychotiques sont présents de façon atténuée ou intermittente.D’un point de vue prospectif, la présence de ces signes chez un sujet le définit comme à « Ultra Haut Risque » de psychose (UHR) : le risque de transition psychotique à un an est de 20 à 40%.La chronologie d’apparition des troubles cognitifs par rapport aux symptômes psychotiques n’est pas clairement établie. Un déficit de la mémoire autobiographique chez des sujets UHR pourrait constituer un marqueur cognitif discriminant les sujets qui feront une transition psychotique des autres. L’objectif de cette étude pilote est dans un premier temps de caractériser le fonctionnement mnésique autobiographique des sujets UHR en comparaison à des sujets sains. 12 sujets UHR et 12 sujets sains ont été évalués au moyen du TEMPau version chronesthésie. Il s’agit d’un test évaluant les composantes épisodique et sémantique de la mémoire autobiographique tout en considérant la temporalité passé/présent/futur. Nos analyses montrent, dans le groupe de sujets UHR, une altération de la composante épisodique étendue aux trois périodes de vie, déficits similaires à ceux classiquement observés chez les patients avec SCZ. La composante sémantique apparaît altérée uniquement pour la période du futur. Il existe un déficit du système épisodique chez les sujets UHR. Ce travail préliminaire doit être prolongé par une étude longitudinale, dans l’hypothèse d’un profil d’altération de la mémoire autobiographique prédicteur de la transition psychotique chez ces sujets.

Presentation comments

Be the first to comment this presentation

Back to main page in