Filter by

Category

Objectifs :
Les objectifs de notre travail étaient de :
- Préciser les caractéristiques cliniques d’une population de patients victimes d’accidents de la route.
- Déterminer les prévalences et les liens entre  l’ESPT et la dépression chez cette population.
 
Méthodologie : Il s’agit d’une étude transversale et analytique qui a porté sur 120 patients, accidentés de la voie publique, suivis à la consultation externe du service d’orthopédie de Sfax. Auprès de chaque patient on a recueilli les données sociodémographiques, anamnestiques et ceux en rapport avec l’accident. On a évalué la gravité du traumatisme par l’échelle AIS, le stress post traumatique par la  PCL-S  et la dépression par l’échelle HADS.
Résultats :
Selon notre étude qui a porté sur 120 cas : 65 patients avaient présenté un ESPT.
Les facteurs de risque relevés étaient : le sexe féminin (p=0,043) ; l’origine rurale (p=0,015) ; la passivité dans le déroulement de l’accident (p=0,038) et l’handicap en résultant (p=0,013). Le score HADS d’évaluation de la dépression a révélé que 36,7% avaient une dépression certaine et  28,3% avaient une dépression douteuse.
Soixante sujets, soit 92,31% du groupe ESPT avaient une dépression contre 18 sujets, soit 32,73% du groupe Non-ESPT.
La différence entre les 2 groupes était statistiquement significative avec p=0,000.
 
Conclusion :
La dépression majeure apparait comme le trouble comorbide le plus associé à l’ESPT. Ce dernier peut entraîner secondairement une dépression surtout dans son évolution chronique et serait donc un facteur de vulnérabilité.

Presentation comments

Be the first to comment this presentation

Back to main page in