Filter by

Category

Présentation du cas:

M.T, 48 ans, shizophrène connu, est hospitalisé sous contrainte pour une décompensation psychotique.
Il présente une dissociation majeure, tant sur les plans comportemental qu'intellectuel et affectif, et un délire à thème de persécution sous-tendu par un mécanisme polymorphe, principalement interprétatif. Nous notons que le facteur de la décompensation actuelle semble être la découverte d'un cancer de stade avancé chez la mère de M. T et l'hospitalisation en urgence de cette dernière.
Nous constatons l'apparition d'un nouveau thème dans sa production délirante, comparativement aux hospitalisations antérieures. Le délire est centré sur ses proches. M. T est persuadé que ses parents sont morts et qu'ils ont été remplacés par des "clones". "Ces imposteurs" viennent lui rendre visite et lui téléphonent. Ils sont à l'origine de son hospitalisation et lui veulent du mal. Ils ont pris l'aspect de ses parents, "ont pris possession de leurs corps". Il reconnaît que "ces clones" ressemblent à ses parents mais il  ne les identifie pas comme tels. Il tient parfois un discours menaçant à leur encontre, ce qui nous fait craindre un passage à l'acte hétéroagressif à leur endroit.
Le traitement injectable est réindroduit avec une augmentation de la posologie et un rapprochement des injections dans le temps. Les symptômes s'amendent rapidement et M. T peut aller rendre visite à sa mère.

De nombreuses hypothèses ont été posées par les différentes spécialités : psychodynamie, neuro-anatomie, psychologie cognitive... Mais aucune ne fait consensus à ce jour face à la diversité clinique de ce syndrome, décrit tant dans des pathologies organiques que dans des pathologies psychiatriques depuis sa découverte par Capgras en 1923. Les hypothèses psychodynamiques ne peuvent expliquer les présentations organiques du syndrome de Capgras. Les hypothèses neuropsychologiques l'envisagent uniquement comme un déficit fonctionnel et ne prennent pas en compte, pas plus que les hypothèses lésionnelles, la dimension délirante du trouble. Par conséquent, les hypothèses combinées semblent la voie à suivre dans l'avenir dans la compréhension de ce trouble qui reste aujourd'hui énigmatique.

Presentation comments

Be the first to comment this presentation

Back to main page in