Filter by

Category

  Introduction: depuis une dizaine d'années le problème de la comorbidité entre schizophrénie et toxicomanie fait l'objet d'un intérêt croissant. Notre étude a pour objectifs  d’étudier la fréquence de la comorbidité toxicomaniaque chez les patients schizophrènes et de déterminer les facteurs de risque de cette association

  Méthodologie : c’est une étude prospective mené dans un l’hôpital psychiatrique Algérois, concernant 300 patients schizophrènes (DSMIV TR) hospitalisés avec  validation des cas  par l'échelle d’évaluation PANSS. Un hétéro-questionnaire comportant les données sociodémographiques, cliniques, thérapeutiques et des données concernant  l’abus de produits psycho-actifs.

  Résultats: l’âge moyen est 38+/-7ans, avec une prédominance masculine. La fréquence de la comorbidité schizophrénie et toxicomanie est de 62.75%, avec une prédominance du tabagisme de 51%, suivi par la consommation de cannabis de 16.7% puis l’alcool (8.7%). Le reste de la consommation est réservé aux associations  cannabis + tabac,  puis alcool + psychotropes et enfin, tabac + cannabis + alcool.  58.1% des patients ont débuté la consommation de toxiques avant le début des troubles coïncidant  (avec  un âge de début de la schizophrénie plus précoce) alors que 41.9% des patients n’ont commencé qu’après le début des troubles. Les femmes ne sont pas concernées par la prise toxique, hormis le tabac chez 1.01% des cas. Le début progressif et la forme paranoïde de schizophrénie sont les plus fréquents chez les usagers de substances psycho-actives. Ces malades ont une mauvaise observance au traitement, un nombre élevé de rechutes et d’hospitalisations. La psychoéducation est une alternative intéressante  dans le projet de prise en charge.

 

Normal 0 21 false false false FR X-NONE AR-SA

Normal 0 21 false false false FR X-NONE AR-SA

Presentation comments

Be the first to comment this presentation

Back to main page in