Filter by

Category

Introduction : La dépression post AVC est une complication fréquente des AVC avec une prévalence allant de 20 à 60%. Le caractère atypique du tableau clinique, la possibilité d’utiliser un traitement médicamenteux efficace et les pronostics vital et fonctionnel qui y sont associés, justifient l’importance d’une meilleure connaissance de cette entité clinique.
Objectif : Évaluer la fréquence des symptômes dépressifs et mettre en évidence les facteurs de risque de survenue de dépression dans les suites d’un AVC.
Patients et méthodes : Étude transversale descriptive menée à la consultation de Neurologie du CHU Mahdia, incluant des patients victimes d’un AVC ischémique datant d’au moins de 3 mois, en ayant recours à une fiche individuelle préétablie, au score Hamilton (HDRS) et à l’indice de Barthel. Les patients ayant un score HDRS supérieur à 10 sont considérés porteurs de symptômes dépressifs. Le degré de dépendance physique, évalué par l’indice de Barthel, a été évalué au moment du questionnaire et lors de la survenue de l’AVC d’une façon rétrospective, permettant la déduction du taux d’amélioration.
Résultats :Nous avons interrogé 50 patients, dont 27 hommes et 23 femmes avec un sexe ratio H/F =1,17. L’âge moyen était de 63 ans. 60 % présentaient des symptômes dépressifs dont 26% légers, 56 % modérés et 18% sévères. Le délai moyen d’évaluation était de 14 mois avec des moyennes allant de 3 à 24 mois. Nous n’avons pas trouvé de corrélation entre la sévérité des symptômes dépressifs et l’âge de survenue, le sexe, le statut marital, la profession, l’ancienneté de l’AVC, l’hémicorps déficitaire et le taux d’amélioration.
Conclusion : Cela confirme ainsi tout l’intérêt de la surveillance de l’apparition de troubles de l’humeur dans les suites d’un AVC et souligne le bénéfice apporté par l’instauration d’un traitement antidépresseur en termes de pronostic fonctionnel et de mortalité.

Presentation comments

Be the first to comment this presentation

Back to main page in