Filter by

Category

Introduction:                             
Plusieurs études se sont intéressées à l’évaluation de l’insight dans la schizophrénie (SCZ), dans sa relation avec les différents facteurs cliniques afin de déterminer les interventions susceptibles de modifier la conscience de cette pathologie.
Objectif de l'étude:
Déterminer les facteurs cliniques associés à un mauvais insight chez les patients atteints de SCZ.
Méthodes:
Il s’agissait d’une étude transversale, descriptive et analytique, portant sur 40 patients atteints de SCZ  en référence au DSM-IV et suivis à la consultation externe de psychiatrie au CHU Hédi Chaker  de Sfax (Tunisie). Outre une fiche pré-établie pour le recueil des données sociodémographiques et cliniques, nous avons utilisé deux échelles psychométriques:
* SAIQ (auto-évaluation de la maladie Questionnaire) pour évaluer le niveau d’insight dans 3 domaines : la nécessité d'un traitement, l'inquiétude et les conséquences de la maladie,
* PANSS (Positive and Negative Syndrome Scale) pour mesurer l'intensité des symptômes psychotiques.
Résultats:
L'âge moyen de nos patients était de 41 ans (21-64 ans). Ils étaient célibataires dans 62,5% des cas et sans activité professionnelle dans 82,5% des cas. La durée moyenne d'évolution de la maladie était de 14 ans et le nombre moyen d'hospitalisations était de 2,5.
Les différents scores de l’insight étaient indépendants des facteurs sociodémographiques. Le manque d’insight selon le SAIQ était significativement corrélé avec un plus grand nombre d'hospitalisations (p = 0,03). La sous-échelle de l'inquiétude était associée à une plus longue durée d'évolution de la maladie (p = 0,04) et la sous-échelle des conséquences de la maladie était associée à l'intensité des symptômes négatifs (p = 0,03). Il n'y avait pas de corrélation entre le niveau d’insight et les symptômes positifs.

Presentation comments

Be the first to comment this presentation

Back to main page in