Filter by

Category

Il y a cinquante ans à peine, en France, l'insuffisance rénale terminale amenait à la mort, sans aucune possibilité thérapeutique des actuelles dialyses et greffes rénales accessibles. Le recours à l'hémodialyse se fait non pas pour guérir, mais pour reculer les limites entre vie et mort. Le sujet reste bloqué entre-deux, suspendu à des objets étranges et étrangers. Par ce traitement palliatif, le sujet survit somatiquement et psychiquement. Cependant, si survivre n'est pas mourir, ce n'est pas non plus vivre, ce qui amène le sujet à différents travaux psychiques.
L'intériorité se redéfinissant par l'expérience de la maladie somatique chronique et de ses thérapeutiques, un des travaux psychiques que nous nous proposons d'étudier est celui de l'hypocondrie. Après avoir proposé l’hypothèse générale d’un travail de l’hypocondrie-signal d’alarme, nous avons affiné trois hypothèses, celles à propos des confins de la vie et de la mort, de l’expérience du corps et de l’hypocondrie, ainsi que des traumatismes.
Cinq cas cliniques de psychothérapies de sujets en insuffisance rénale chronique, pendant leurs temps d’hémodialyse, se situent aux sources de ces réflexions.
Cette clinique nous a conduits à réfléchir aux spécificités chez l’insuffisant rénal chronique hémodialysé du travail de l’hypocondrie, des traumatismes cumulatifs, de deuils infinis et de figures de cruauté, telles que la sur-vivance, le vampirisme, l’hématophilie, l’identification cadavérique et l’introjection cannibalique. Enfin, nous avons interrogé la question du mythe transgénérationnel et des scènes primitives chez le sujet en insuffisance rénale chronique, notamment lorsque la maladie était d’origine génétique et héréditaire.
Cette discussion nous a amené à rappeler tous les enjeux psychiques de travail de mise en rêve de ces plaintes corporelles, jusqu’à la création, aux fins de ré-animer, ré-humaniser, ré-objectaliser le sujet, tant par l’accueil de ces plaintes par les cure- et caregivers que par l’accueil spécifique d’un psychologue clinicien.

Presentation comments

Be the first to comment this presentation

Back to main page in