Filter by

Category

Introduction : Nous observons une augmentation croissante de patients pris en charge aux urgences pour auto-agressivité (1). Par ailleurs, l'abord de la problématique des patients présentant des scarifications pris en charge aux urgences, est mal connu (2) et peu traité dans la littérature scientifique (3).
Méthode : Une étude épidémiologique descriptive multicentrique a été réalisée dans 7 services d’urgences générales de l’agglomération lilloise, pendant deux mois, en 2015, à l’aide d’un hétéro-questionnaire, auprès de patients de tout âge, présentant des scarifications dans les 7 jours suivant leur admission. Lorsqu’il s’agissait d’autres automutilations ou de phlébotomies, les questionnaires ont été écartés.
Résultats : cinquante-huit patients ont été inclus, dont 60.3% femmes et 74.1% des sujets de moins de 36 ans. Sur cette cohorte, 72.4% des patients ont déclaré ne pas avoir prémédité leur geste. Concernant l’intentionnalité suicidaire, 27.6% des patients ont déclaré avoir un désir de mort, 51.7% ont précisé ne pas vouloir mourir et 20.7% ont présenté une ambivalence quant à la finalité du geste. Enfin, pour 51.7% des patients, il s’agissait d’une récidive. Une prise en charge psychiatrique a été proposée dans 63.8% des cas.
Conclusion : Ces résultats évoquent une prépondérance féminine, jeune, dont le geste de scarification apparaît réactionnel, sans désir de mort significativement associé. Il est à considérer comme une demande d’aide en urgence. Une orientation vers une prise en charge spécifique, du fait de la souffrance psychique inhérente et d’un risque élevé de récidive, est indiquée.
Mots Clés : scarification, menace suicidaire, récidive
Références bibliographiques
1.     Schmidtke A, Bille-Brahe U, DeLeo D, Kerkhof A, Bjerke T, Crepet P, et al. Attempted suicide in Europe: rates, trends and sociodemographic characteristics of suicide attempters during the period 1989-1992. Results of the WHO/EURO Multicentre Study on Parasuicide. Acta Psychiatr Scand. 1996;93(5):327-38.
2.     Pommereau X. Les violences cutanées auto-infligées à l’adolescence. Enfances Psy. 2006;32(3):58-71.
3.     Larkin C, Di Blasi Z, Arensman E. Self-cutting versus intentional overdose: psychological risk factors. Med Hypotheses. 2013;81(2):347-54.

Presentation comments

Be the first to comment this presentation

Back to main page in