Filter by

Category

Cette étude vise à explorer les difficultés vécues par le couple conjugal et parental lorsqu’il apprend que l’un de ses enfants a été abusé sexuellement. Le vécu du couple est un domaine qui mérite d’être investigué car nous savons combien la souffrance des parents influence l’état de santé mentale de l’enfant et peut alimenter voire maintenir ses symptômes. Notre échantillon comprend 6 couples ayant vécu la révélation d’un de leurs enfants. Un design qualitatif a été mis en place: nous avons rencontré les couples à 1 ou 2 reprises. Lors de ces rencontres, nous avons récolté des informations démographiques sur les caractéristiques de l’abus et dirigé un entretien semi-structuré. Nous avons administré 6 questionnaires : le Life Events and Difficulties Schedule, l’Échelle d’Ajustement Dyadique, l’Inventaire de Coping Dyadique, l’Inventaire d’Alliance Parentale, le Questionnaire d’Auto-Évaluation de la Compétence Parentale et l’Inventaire des Désirs Sexuels. Les résultats obtenus soulignent une détresse chez chaque couple. Celle-ci s’exprime de façon différente, aussi bien entre les couples qu’entre les partenaires conjugaux eux-mêmes. Néanmoins, chez chacun d’eux, la dimension de la parentalité semble être une ressource permettant de s’investir auprès de leur enfant victime. Cet investissement prend la forme d’une focalisation sur l’enfant ayant pour conséquence l’effacement du couple conjugal (temps passé ensemble, intimité) qui pourrait mener à une séparation conjugale. Si certains couples manifestent un rapprochement, celui-ci se fait autour de l’enfant et du problème. Cette étude montre que si les parents tentent souvent dans un premier temps de mettre en place des mécanismes assurant l’homéostasie et la sécurité familiales, ceux-ci ne sont pas toujours adaptatifs à long terme. Nous voyons un risque de créer un secret de famille, lourd à porter, ou une surprotection figeant l’enfant dans son rôle de victime. Ainsi, l’étude suggère qu’il est impératif de soutenir la conjugalité par des interventions cliniques. Cependant, d’autres études portant sur un plus grand échantillon sont encore nécessaires afin de nuancer les difficultés vécues par ces couples dans le but d’identifier des facteurs de risque et de protection.

Presentation comments

Be the first to comment this presentation

Back to main page in