Filter by

Category

L’héboïdophrénie et la psychopathie sont des concepts qui interrogent toujours le clinicien actuellement. La prise en charge complexe de deux patients d’abord diagnostiqués psychopathes, qui évoluent de manière surprenante vers une schizophrénie chimio-résistante nous a menés à questionner de nouveau la définition de ces concepts. Aujourd'hui désuet, le terme “héboïdophrénie” désigne des patients schizophrènes avec une symptomatologie négative prédominante qui présentent des comportements antisociaux et hétéro-agressifs dès le début de l'adolescence. Pour définir ce concept et comprendre sa disparition, nous nous immergeons dans l’histoire de la nosographie psychiatrique. L’héboïdophrénie est surtout reprise et développée en France. Les auteurs soulignent que le diagnostic peut être difficile à poser au vu de l’évolution temporelle et cyclique de la symptomatologie. Le patient peut alors présenter des phases durant lesquelles les troubles du comportement sont prédominants. Le concept est donc étroitement lié avec celui de psychopathie, lui aussi abandonné et substitué actuellement par le trouble de la personnalité antisociale. Afin d’actualiser ces concepts, nous parcourons les classifications internationales de référence. L’héboïdophrénie serait de nos jours considérée comme une comorbidité associant la schizophrénie et la personnalité antisociale. Dans une revue de la littérature, nous constatons que les sujets comorbides sont principalement étudiés pour leur dangerosité. Les résultats font notamment état d'un plus grand risque de récidive de violence pour eux par rapport aux schizophrènes seuls, ainsi que d'anomalies morphologiques cérébrales avec surtout une atteinte de l'amygdale et du cortex pré-frontal. Enfin, à partir de cinq observations, nous soulignons l’intérêt clinique du concept d’héboïdophrénie. Ainsi, devant une réalité clinique qui établit un profil de patient spécifique, avec un risque de dangerosité élevé, nous pouvons discuter les enjeux médicolégaux et thérapeutiques afin d’adapter au mieux leurs prises en charge institutionnelle et chimiothérapique.

 

 

Presentation comments

Be the first to comment this presentation

Back to main page in