Filter by

Category

Introduction
Les recherches médicales montrent qu'une part importante du stress rapportée par les réfugiés est due à une multitude de facteurs liés à l'exil mais aussi à une exposition antérieure à des événements violents.
Le PTSD un trouble anxieux qui peut se développer à la suite d’une exposition à un ou plusieurs événements traumatisants. Il est fréquemment observé dans les situations de guerre.
 
Objectif Principal:
Déterminer la prévalence du PTSD chez les réfugiés syriens au Liban
 
Méthode :
Le choix de la population étudiée a été effectué à partir de quatre dispensaires répartis sur l’ensemble du pays et offrant des services de santé et de santé mentale gratuits aux réfugiés.
Les vingt premiers utilisateurs de ces services venus aux dispensaires sur une période de trois mois et âgés entre 15 et 60 ans ont systématiquement été interrogés et examinés pour une exposition antérieure à un ou plusieurs événements traumatisants en lien avec la guerre Syrienne. Ceux qui ont été exposés à de tels événements ont été recrutés.
Un questionnaire socio démographique en arabe composé de quatorze items a ensuite été rempli et le dépistage pour le PTSD a été effectué à l'aide d'une version arabe du Mini International Neuropsychiatric Interview.
 
Résultats :
93 réfugiés syriens provenant de divers endroits au Liban ont été inclus dans cette étude. 24,7% des participants ont montré un diagnostic positif de PTSD (23 participants sur 93). Homs est la province syrienne avec la plus forte prévalence de PTSD avec 39,1% des cas. Les adolescents et les jeunes adultes âgés entre 14 et 30 ans ont la plus forte prévalence de 47,8%. Les femmes sont plus souvent touchées que les hommes, et représentent 73,9% des cas étudiés.
 
Conclusion :
Malgré qu’un échantillon de 93 participants ne peut être représentatif des 2.300.000 réfugiés syriens au Liban, il peut cependant nous montrer que le PTSD chez les réfugiés syriens est très répandu, sous-diagnostiqué et par conséquent peu traité. Cette prévalence retrouvée dans la présente étude est proche du seuil des 30% décrit chez les vétérans du Vietnam. Ceci suppose que le traumatisme est l'un des plus importants facteurs de stress enduré par la population civile syrienne cherchant refuge au Liban.

Presentation comments

Be the first to comment this presentation

Back to main page in