Filter by

Category

L'objectif de ce travail est d'étudier, à travers l’analyse d’un cas clinique et une revue de la littérature, les modèles théoriques qui expliquent l'appartenance de l'hypersexualité à une catégorie connue de troubles psychologiques.
Il s’agit du cas de monsieur H. H, âgé de 44 ans, marié et père de 3enfants: 2 garçons âgés de 14 et 12 ans et une fille âgée de 9ans. Il a consulté pour une symptomatologie faite de céphalées, irritabilité, fatigabilité et des troubles de la concentration et de la mémoire évoluant depuis 1 mois.
Il avait commencé à avoir des relations sexuelles depuis l'âge de 14ans. Ces relations étaient non protégées et avec des partenaires multiples. La fréquence des rapports a augmenté vers l'âge de 17ans. Après le mariage, il a eu des relations sexuelles quasi-quotidiennes, et avec sa femme et avec une maitresse.
A l'entretien, son humeur était dysphorique. Il a rapporté une diminution des intérêts et du plaisir. Il a révélé également qu'il était très gêné par des pensées qui s'imposaient à son esprit, faites de peur de faire un acte sexuel avec ses enfants et qui survenaient au contact de ceux-ci. Il a avoué aussi avoir une érection involontaire quand il les punissait. Ces pensées évoluaient depuis 2 ans, étaient répétitives, difficiles à réprimer et source de détresse et d'évitement de contact avec ses enfants.
Le diagnostic d’hypersexualité et d'épisode dépressif majeur  co-morbide a été évoqué.  Il a été mis sous paroxétine à la dose de 20 mg/jour avec nette amélioration de la symptomatologie dépressive et diminution des fantasmes et actes sexuels.
Plusieurs modèles théoriques explicatifs de l’hypersexualité ont été avancés dans les dernières années. Parmi eux, les plus pertinents sont : une dépendance comportementale sans substance, un trouble obsessionnel compulsif, un trouble du contrôle des impulsions, et un trouble sexuel.

Presentation comments

Be the first to comment this presentation

Back to main page in