Filter by

Category

Le service de psychiatrie de l’Hôpital d’Instruction des Armées Robert Picqué accueille de nombreux militaires présentant un état de stress post traumatique venant de nombreuses unités opérationnelles reparties dans tout le Sud-ouest.
Il s’agit d’une affection psychiatrique caractérisée par la survenue d’un syndrome de répétition associé à des signes d’hypervigilance et d’émoussement affectif faisant suite à l’exposition à un ou plusieurs évènements confrontant un sujet à la mort. Il est très fréquemment associé à un trouble de l’humeur, des conduites (notamment addictives) et des complications sociales.
Infirmiers militaires, affectés dans le service, nous proposons dans ce travail de décrire nos actions de soins auprès de ces patients en tentant d’en dégager la spécificité. En effet, pour  nombres d’entre eux, il s’agit du premier contact avec la psychiatrie et il leur est très difficile d’accepter une maladie qui les met à l’écart de leur pairs et vis-à-vis de laquelle ils se croyaient « préservés ».  L’enjeu dans ces premiers temps est de nouer un lien thérapeutique ce qui nécessite un savoir faire relationnel mais aussi bien souvent une adaptation du cadre de soins en terme de surveillance ou de tolérance vis-à-vis du cadre institutionnel. Dans un second temps, on constate que des hospitalisations programmées et répétées permettent d’offrir aux patients un espace de sécurité et d’assurer un accompagnement personnalisé.
Soignant de proximité, membre de l’institution militaire, personne ressource, confident, tiers nous proposons à ces patients différentes activités thérapeutiques et les guidons dans des procédures administratives spécifiques souvent complexes.
Nous terminons notre exposé en proposons une réflexion sur les points positifs et les limites de cette prise en charge.

Presentation comments

Be the first to comment this presentation

Back to main page in