Filter by

Category

Le service de Psychiatrie de l’Hôpital d’Instruction des Armées Robert Picqué (HIARP) soutient une zone militaire de défense qui comporte de nombreuses unités opérationnelles. Ces dernières années, avec l’intensification du rythme des missions associé à un meilleur dépistage des troubles, nous avons constaté une augmentation significative de demandes d’avis spécialisé pour Etats de Stress Post Traumatique (ESPT). Afin de répondre à cet afflux et pouvoir prendre en charge, accompagner et éventuellement orienter des patients domiciliés parfois très loin de leur hôpital de rattachement nous avons mis en place un dispositif spécifique d’hospitalisation de semaine. L’objectif était de proposer une intervention thérapeutique inscrite dans la durée, permettant si nécessaire d’ajuster un traitement médicamenteux et autorisant des interventions multidisciplinaires : psychiatre,  psychologue, psychomotricien, ergothérapeute, sophrologue, assistante sociale etc. Au fil du temps, nous avons développé des activités thérapeutiques spécifiques  et mis en place un groupe de parole et un atelier visant à favoriser la mise en mot des éprouvés et des ressentis basé sur l’écoute musicale. Nous avons maintenant plus de deux ans de recul sur cette expérience originale de prise en charge institutionnelle des blessés psychiques de guerre et c’est l’occasion d’en faire le bilan. En effet, nous avons constaté différents effets que nous n’anticipions pas, à savoir, la création au sein du service d’une dynamique de groupe, l’importance de la dimension de rupture avec le milieu habituel et une action de réinscription temporelle favorisée dans les cas sévères par la répétition des hospitalisations. L’objectif de ce travail est de rendre compte de nos observations en en discutant les points positifs comme les limites.

Presentation comments

Be the first to comment this presentation

Back to main page in