Filtrer par

Catégorie

Introduction La tranfusion en dehors de l'hospitalisation conventionnelle nécessite une prise en charge adaptée, en particulier pour les effets indésirables receveur (EIR). Afin d'apprécier le type d'EIR et leur fréquence chez ces patients, une étude a été réalisée sur une période de 3 ans.
Matériel et méthodes Les fiches d'EIR (FEIR) de patients transfusés en hospitalisation de jour (HDJ), en ambulatoire ou à domicile et en centre de santé de la région Auvergne Rhône Alpes ont été extraites du fichier national de télé-déclaration e-FIT et analysées. L'orientation diagnostique des EIR, leur gravité, le produit sanguin labile (PSL) en cause et son imputabilité ont éte évalués.
Résultats Du 01 janvier 2014 au 31 décembre 2016, 3284 EIR sont survenus. Hors alloimmunisation isolée, 408 FEIR ont été recensées, dont 376 (92,2%) en HDJ. La réaction fébrile non hémolytique (RFNH) était l'EIR le plus fréquent (117 cas, 28,7%) suivi de l'allergie (110 cas, 27,0%). Un oedème aigu du poumon de surcharge a été déclaré dans 26 cas (6,4%). Sur les 408 EIR, 357 étaient de grade 1 (non sévère) (87,5%), 42 de grade 2 (sévère) et 7 de grade 3 (menace vitale immédiate). Deux décès ont été notifiés mais l'un n'est pas imputable à la transfusion et l'autre non évaluable. Dans 244 EIR, le concentré de globules rouges était en cause (59,8%). L'imputablité certaine du PSL n'é été retenue que pour 50 EIR (12,3%).
Conclusion En dehors de l'hospitalisation conventionnelle, la majorité des EIR sont déclarés en HDJ. La RFNH et l'allergie sont les EIR les plus fréquents, hors alloimmunisation isolée.

Commentaires de la présentation

Soyez le premier à commenter cette présentation

Back to main page in