Filtrer par

Catégorie

Certaines limites des méthodes sérologiques utilisées en immuno-hématologie et l’importance du polymorphisme érythrocytaire ont incité au développement de la biologie moléculaire pour un renforcement de la sécurité transfusionnelle. Le génotypage érythrocytaires permet, d’une part de faciliter l’identification des anticorps, d’autre part de sélectionner plus efficacement des unités de CGR compatibles avec le sérum du patient. Notre but est de mettre en place le génotypage érythrocytaire au niveau du service d’hémobiologie-transfusion sanguine d’Annaba. Nous avons réalisé une étude prospective portant sur 45 donneurs de sang réguliers de groupe O et 35 polytransfusés ayant une RAI ou un TDA positifs. La technique PCR-SSP (RBC-Ready Gene Innotrain) a été utilisée pour le génotypage érythrocytaire dans les systèmes RH, Kell, Kidd, Duffy et MNS. Certains résultats obtenus en présence des contrôles ont été corrélés avec ceux du phénotype sérologique étendu. Une concordance de 80% a été observée. En effet, dans certains cas le génotype a permis de donner des informations supplémentaires pouvant déduire un phénotype différent. Par exemple, aucune réactivité n’a été révélée pour les antigènes Fya et Fyb en sérologie. Or, au génotype une faible positivité Fyb et une positivité Fyx  ont été notées donnant un résultat (Fyb,bweak) ou (Fybweak,bweak). Le génotypage érythrocytaire permet de pallier aux limites de l’hémagglutination et doit être réalisé lorsqu’il apporte un bénéfice pour le patient et la gestion des ressources. Cette activité requière en plus de la veille scientifique, la connaissance des caractéristiques génétiques des groupes sanguins et de la relevance clinique des variants.

Commentaires de la présentation

Soyez le premier à commenter cette présentation

Back to main page in