Filtrer par

Catégorie

Les  maladies inflammatoires chroniques de l’intestin  peuvent s’associer  à des manifestations extraintesinales. L’association anémie hémolytique auto-immune (AHAI)-rectocolite hémorragique  a été bien documentée, par contre son association avec une  maladie de Crohn retrouvé chez  notre patient est rare.
Patient agé de  31 ans , diabétique de  type , est  hospitalisé en gastrologie pour diarrhée glairosanglante évoluant depuis un mois dans un contexte d’altération de l’état général. A L’endoscopie aspect cadrant avec une colite infectieuse  et l’examen anatomopathologique  conclu à une colite chronique très active évoquant en premier lieu un Crohn surinfecté. Sur le plan biologique il avait un avait un syndrome inflammatoire et une anémie à 9,8 g/dl.
 A j2 d’hospitalisation, et devant l’accentuation de la pâleur,  un bilan a été réalisé : anémie normochrome normocytaire arégénérative (Hb : 6 ,5 g/dl,  VGM : 96 fl,  des réticulocytes :  600000 éléments/ul sans signes d’hémorragie extériorisée. Le bilan immuno-hématologique :   test de Coombs direct  positif de type IgG (2+). L’élution est positive évoquant un auto anticorps dirigé contre un antigène public .  Le patient a  été mis sous corticoïdes à  la dose de 1mg/kg/j  par voie orale.  
L’observation d’une anémie hémolytique auto-immune associée à  une maladie de Crohn n’est pas habituelle. La revue de la littérature n’a recensé que  7 cas  depuis 1993.  L’association chez notre patient d’un crohn, d’un diabète type 1 et d’une anémie hémolytique autoimmune fait suspecter chez lui une origine génétique commune à  ces 3 manifestations.

Commentaires de la présentation

Soyez le premier à commenter cette présentation

Back to main page in