Filtrer par

Catégorie

Le virus de l'hépatite E (VHE) est, à l'heure actuelle, un des pathogènes au centre des considérations liées à la sécurité des produits sanguins. Ce virus nu, possède un génome à ARN monocaténaire, de polarité positive, dune taille d'environ 7,2 kb. Le génotype 3 étant majoritairement présent en Europe. Son caractère virémique persistant 4 à 8 semaines et le recensement de cas avérés de transmission par transfusion justifient l’intérêt pour ce virus. Les premières études ont confirmé la présence du virus dans le sang d'individus sains (~0.045% en France) et une assez forte séroprévalence (parfois >50%) selon les régions étudiées.
Nous proposons de réaliser ce projet en deux étapes: i) Parce que la population Corse est considérée véritablement comme une population à risque, nous projetons de tester des échantillons de donneurs de sang pour le VHE dans cette région. L'objectif étant d'avoir des échantillons positifs avec une charge virale élevée, ce qui nous sera  d’une grande utilité pour nos futures études. ii) Notre approche moléculaire consiste à appliquer la technique ISA (Infectious Subgenomic Amplicons), le but étant de récupérer un virus infectieux de l'hépatite E. Ainsi, l'ensemble du génome viral du VHE (subdivisé  en 3 fragments d’ADN double brin chevauchants) flanqué dans les régions 5 'et 3' non traduites par le pCMV et le HDR / SV40pA, respectivement, a été synthétisé par GenScript, USA. Chacun de ces fragments sera ensuite amplifié par PCR et tous les produits sub-génomiques seront regroupés et transfectés dans des cellules permissives pour générer des VHE infectieux.
Les travaux sont en cours et le projet de recherche sera dirigé en fonction des résultats obtenus.

Commentaires de la présentation

Soyez le premier à commenter cette présentation

Back to main page in