Filtrer par

Catégorie

Introduction Les infections bactériennes transmises par la transfusion (IBTT) sont rares mais redoutables et redoutées. Nous rapportons un cas de bactériémie fatale à bacille gram négatif (BGN) transmise par un concentré plaquettaire d'aphérèse (CPA) .
Cas clinique Madame W.H. âgée de 33 ans, suivie pour un lymphome de Hodgkin réfractaire a bénéficié d'une intensification thérapeutique suivie d'une autogreffe de cellules souches périphériques (ACSP) le 17/12/2016. Une transfusion curative de CPA a été indiquée à J+7 devant un syndrome hémorragique à type de métrorragies abondantes et un taux de plaquettes à 6000/mm3. Au cours de la transfusion , elle a présenté des frissons, une fièvre, un malaise, des nausées/vomissements suivi d'un état de choc avec hypotension et une insuffisance rénale aigue. La transfusion a été arrêtée et la patiente a été mise sous antibiothérapie à large spectre avec traitement du choc par noradrénaline et transfert en milieu de réanimation. Elle est décédée 48heures après l'accident par défaillance multi viscérale. L'enquête étiologique a révélé une bactériémie à Klebsiella pneumonia chez la patiente et le même germe a été retrouvé dans le CPA. Un bilan a été réalisé chez le donneur de CPA : hémogramme et CRP normales, hémocultures et prélèvements des plis des coudes négatives, coproculture a isolé un Escherichia-coli et un Entérocoque Faecium. Son interrogatoire retrouve la notion de prélèvement de CPA en postprandiale immédiat.
Discussion et conclusion L'IBTT est rare et peut être liée soit au donneur soit à la préparation ou la conservation du CPA. L'inactivation des pathogènes  des CPA constitue une solution qui reste couteuse pour le pays.  

Commentaires de la présentation

Soyez le premier à commenter cette présentation

Back to main page in