Filtrer par

Catégorie

Introduction :
Le dépistage des agents viraux VHB, VHC et VIH  dans les dons de sang a été considérablement amélioré ces dernières années avec l’avènement des automates basés sur la chimiluminescence.
Méthodes :
Nous avons mené une étude prospective sur 6 années pour évaluer les performances et les limites du dosage immunologique microparticulaire par chimiluminescence des Ag HBs, Ac anti-VHC, Ag p24/Ac anti-VIH1/2 dans les dons de sang reçus au CNTS. Les dons positifs au VHB ou VHC ont été réanalysés sur un second automate. Les dons positifs au VIH ont été retestés par Western-Blot ou  par deux  techniques immunochromatographique et immunoenzymatique.
Résultats :
Nos résultats portent sur 163787 donneurs de sang composés de 76,3% de sexe masculin et 23,7% de sexe féminin. On note une prévalence de 12,67% pour l’AgHBs, 0,71% pour l’Ac anti VHC et 0,3% pour l’Ag p24/Ac anti VIH1/VIH2.  Il y’avait aussi des co-infections VHB et VIH et des co-infections VHB et VHC.  Sur  les 775 dons révélés positifs au VIH au dosage par chimiluminescence, seuls 501 ont été confirmés par les deux autres tests. Une discordance est  notée  pour les 274 dons restants qui sont soit négatif par les deux autres tests ou soit  négatif pour l’un et positif pour l’autre.
Conclusion
Malgré leur sensibilité et spécificité élevées, les techniques de dosage immunologique microparticulaire par chimiluminescence présentent des limites pouvant mener à des faux négatifs et à des faux positifs en plus du problème de la fenétre sérologique. Il s’avère nécessaire ainsi d’inclure le dépistage des acides nucléiques viraux comme test de confirmation dans les dons de sang pour une meilleure sécurité transfusionnelle.

Commentaires de la présentation

Soyez le premier à commenter cette présentation

Back to main page in