Filtrer par

Catégorie

Malgré la disponibilité et la facilité d’accès des cellules souches hématopoïétiques (CSH) du sang périphérique en homéostasie (SpH), elles sont peu étudiées et utilisées pour la recherche ou la thérapie cellulaire. Afin de mieux les exploiter, nous tentons de les cibler directement par une approche directe appelée « Side Population (SP) ». Ainsi nous avons étudié les propriétés fonctionnelles (prolifération, production de progéniteurs, capacité de greffe) et métaboliques  (incorporation de glucose, masse et activité mitochondriales) des cellules SP issues de la fraction CD34+ du SpH, ainsi que le rôle des concentrations de d’oxygène (O2,) des facteurs HIFs (Hypoxia Inducible Factors) et des antioxydants dans leur maintien/auto-renouvellement/expansion ex vivo. Nos résultats montrent que cellules CD34+/SP prolifèrent 6 fois plus et génèrent 2 fois plus de progéniteurs hématopoïétiques que les cellules CD34+/non-SP et qu’elles sont 10 à 50 fois plus enrichies en CSH. Leur culture à 20% d’O2 (concentration atmosphérique) induit leur disparition, et nous n’observons leur maintien que pour une concentration abaissée à 1% d’O2. Dans ce contexte, le « silencing » de HIF-1 et/ou HIF-2 dans les cellules SP empêche ce maintien en culture. Par ailleurs, la culture en milieu enrichi en antioxydants permet leur expansion jusqu’à 20 fois. Sur le plan métabolique, elles présentent une masse et surtout une activité mitochondriales inférieures aux cellules CD34+/non-SP. Ces résultats montrent  l’intérêt du modèle SP pour cibler les CSH dans le SpH et apportent des éléments essentiels quant à leurs caractéristiques, leur besoins et aux mécanismes impliqués dans leur régulation.

Commentaires de la présentation

Soyez le premier à commenter cette présentation

Back to main page in