Filtrer par

Catégorie

Introduction ll existe un  risque transfusionnel de transmission du VIH, des hépatites B et C et d’allo- immunisation anti- érythrocytaire pour toute population transfusée comme les drépanocytaires. Notre étude avait pour objectif de déterminer la séroprévalence du VIH, VHB et  VHC,  d’évaluer l’Allo-immunisation anti-érythrocytaire chez les sujets drépanocytaires majeurs suivis au service d’Hématologie clinique du CNTS.
Matériels et Méthodes Cette étude prospective a été menée sur une période de  6 mois. Chaque patient a bénéficié du dépistage de l’AgHBs, l’Ac Anti-VHC, Ac/Ag VIH et de la  recherche  des agglutinines irrégulières (RAI).
Résultats Notre population d’étude est composée de 250 patients drépanocytaires majeurs dont 107 soit  42,8 % étaient de sexe masculin et 143 soit 57,2 % de sexe féminin. Les patients étaient âgés de 2 à 59 ans avec un âge moyen de 24,84 ± 9 ans. Parmi ces sujets drépanocytaires 150 ayant reçu au moins une transfusion avaient bénéficié de la RAI. Les séroprévalences  étaient de 2,4 %  pour le VHB et de 1,2 %  pour le VHC. Tous les patients étaient négatifs pour le VIH. La fréquence de l'immunisation était estimée à 22,66 %  avec une prédominance des anti- Kell et anti-Rhésus respectivement de 23,67 % et 34,19 %. Le nombre d’unités de sang transfusé est significativement associé à la positivité de la RAI (p = 0,03).
Conclusion La prévalence VIH, VHB et  VHC  chez les drépanocytaires transfusés était quasi similaire à celle retrouvée chez les drépanocytaires non transfusés. Par contre la fréquence de l’immunisation anti-érythrocytaire était élevée dans notre étude.
Mots clés Transfusion, drépanocytose, allo-immunisation, prévalence virale, Dakar

Commentaires de la présentation

Soyez le premier à commenter cette présentation

Back to main page in