Filtrer par

Catégorie

Introduction :
Le paludisme est une complication inhabituelle de l’allogreffe de CSH dans les pays non endémiques . Nous rapportons le cas d’un  paludisme  survenu à J16 d’une allogreffe réalisée chez un patient atteint d’une aplasie médullaire sévère . Le paludisme a été suspecté devant une fièvre résistante aux antibiotiques et une hémolyse intra vasculaire .Devant l’absence du séjour du patient et de son donneur de moelle dans une zone d’endémie et devant la négativité de la goutte épaisse et de la PCR chez le donneur de CSH , l’origine transfusionnelle a été suspectée .
Matériel et méthodes :
L’enquête a été déclenchée  par le CNTS après déclaration du cas par le CNGMO .L a vérification des données  figurant sur les fichiers informatiques des donneurs de sang , à la recherche d’un ou de plusieurs donneurs ayant séjourné dans des zones d’endémie ,  a révélé un seul donneur originaire de la côte d’Ivoire . Celui-ci a été convoqué pour réaliser un  frottis sanguin , une  goutte épaisse , une sérologie parasitaire  et une  PCR   .
Résultats :  
L’interrogatoire a révélé que ce donneur a présenté dans ces antécédents un accès palustre .
La goutte épaisse ainsi que le frottis sanguin n’ont pas révélé le  parasite .
La sérologie parasitaire du paludisme est positive au 1/20ème .
La PCR à plasmodium falciparum est positive .
Conclusion :
Ce cas illustre l’importance du diagnostic du paludisme chez le patient  malgré l’absence de facteurs de risque chez le receveur et le donneur de CSH . Une remise en cause de la stratégie de la sélection des donneurs de sang et de dépistage du paludisme a été soulevée par les professionnels de la santé .

Commentaires de la présentation

Soyez le premier à commenter cette présentation

Back to main page in