Filtrer par

Catégorie

Des patients atteints de cancers ou d’hémopathies malignes souffrent d’anémie et/ou de thrombopénie chronique et sont transfusés de manière itérative à l'hôpital. Leur état général est souvent altéré et l’incurabilité de la maladie les place, pour certains, en intention palliative. Peu de structures de proximité pratiquent actuellement la transfusion, obligeant ces patients à effectuer des déplacements fatigants et coûteux.

L’objectif principal de ce travail était d’étudier l’intérêt et les conditions du développement de la transfusion à domicile (TAD) en HAD chez des patients adultes atteints d’anémie chronique et/ou thrombopénie chronique et nécessitant des transfusions itératives.

Pour atteindre cet objectif, une revue de littérature et une enquête de terrain mêlant entretiens et observations ont été réalisées.

Résultats La TAD représentait une très faible partie de l'activité des structures HAD. Peu de structures la pratiquaient. Lorsqu'elle était pratiquée, les modalités de la TAD étaient hétérogènes, faisant appel à un médecin transfuseur ou à une infirmière.

Le bénéfice pour le patient est certain : la TAD répond à une demande de sa part, elle est plus confortable et permet d'éviter des déplacements parfois délétères. Très peu d’événements indésirables ont eu lieu au cours des diverses expériences, tous bénins. La présence d'un soignant au chevet du patient tout au long de la transfusion est un gage de sécurité.

Le manque de clarté des textes législatifs et sa valorisation insuffisante constituent des freins majeurs au développement de la TAD.

La TAD, en permettant de réduire le nombre d'hospitalisation évitable, s'inscrit dans la stratégie nationale de santé. 

Commentaires de la présentation

Soyez le premier à commenter cette présentation

Back to main page in