Filtrer par

Catégorie

L’alloimmunisation anti MNS1 est une situation relativement fréquente en obstétrique et ne cause classiquement pas d’anémie chez le nouveau-né. Le cas présent fait état d’une anémie néonatale grave pour laquelle une incompatiblité foeto-maternelle (IFM) anti MNS1 reste la seule étiologie incriminée.
Transfusion en urgence vitale d’un nouveau né de 36 SA en anasarque sur un taux d’Hb à 3,6g/dL sans hyperbilirubinémie. Il est à noter deux antécédents de fausse couche (FC) chez la mère.
Bilan IH.à la naissance: l’enfant présente une RAI positive mettant en évidence un anti MNS1 faible. Le Test direct à l’antiglobuline est négatif ainsi que l’élution directe. L’anti MNS1 est retrouvé chez la mère le même jour, de titre 1 et de type IgG. La RAI effectuée lors du troisième trimestre de grossesse était négative. Le phénotype MN sur sang veineux de l’enfant avant transfusion est MNS:1,2 , celui de la mère est MNS:-1,2. Il n’y a pas d’IFM ABO. La cause anti privée est écartée (compatibilité négative entre le globule rouge (GR) du père et l’éluat de l’enfant). Devant l’incohérence clinico-biologique une recherche d’anomalie du GR de cause héréditaire est demandée
L’enfant présente deux autres transfusions durant les premiers mois de vie avec persistance de l’anti MNS1 durant cette période. Les autres causes d’anémie néonatale  dont les causes héréditaires sont éliminées. Le taux d’Hb s’est normalisé à ce jour.
La littérature fait état de cas isolés mais similaires à celui-ci. On note également un antécédent maternel de FC dans tous les cas décrits.
L’imputabilité de l’anti MNS1 a été retenue devant la négativité du reste du bilan étiologique malgré l’incohérence clinico biologique.

Commentaires de la présentation

Soyez le premier à commenter cette présentation

Back to main page in