Filtrer par

Catégorie

Cas clinique Identification d’un anti-RH1 chez un sujet caucasien weak D type 1 RH:-2,-3,4,5 après transfusion de 10 concentrés globulaires, dont 8 RH:1.
Méthodes et résultats Détection, J+60 après la dernière transfusion, d’un anti-RH1 (gel-filtration BIO-RAD®), associé à un autoanticorps de type auto-papaïne. Test direct à l'antiglobuline (TDA) négatif. Deux mois plus tard, des positivités aspécifiques en milieux gel-filtration et microplaque sont identifiées. Le TDA se positive (sans anémie associée), de type IgG et l’éluat est fortement réactif avec toutes les hématies-tests. Un contrôle à J+30 montre des résultats similaires; l’éluat dilué au 1/5 permettant d’isoler l’anti-RH1. Des autoadsorptions réalisées par le CNRGS montrent une diminution du titre de l’anti-RH1 (64 vs 4). Après alloadsorptions sur hématies RH:-1, l’anti-RH1 n’est plus détecté.
Conclusion Le contexte autoimmun, la persistance de la sensibilisation des hématies par les anti-RH1 4 mois après transfusion et la diminution significative du titre de l’anticorps après autoadsorptions sont en faveur d’un autoanti-RH1; autoanticorps de type « mimicking » car il disparait après alloadsorptions sur hématies RH:-1. Du fait de la faible densité antigénique RH1 des D weak, les autoadsorptions n’ont permis qu’une élimination partielle de l’autoantianticorps.
A ce jour, aucune alloimmunisation anti-RH1 n’a été décrite chez les sujets weak D type 1. Cependant, la plupart des cas étudiés présentaient un haplotype DCe. L’haplotype Dce n’est que rarement rencontré chez les sujets weak D de ce type et la nature des anti-RH1 chez ces sujets mérite d’être plus amplement étudiée.

Commentaires de la présentation

Soyez le premier à commenter cette présentation

Back to main page in