Filtrer par

Catégorie

Introduction : La dépression est le trouble psychiatrique le plus fréquent à la fois en gériatrie et en cancérologie. Chez les patients âgés atteints de cancers, la symptomatologie dépressive a un retentissement majeur en terme de morbi-mortalité ce qui aggrave la non-adhérence au traitement anticancéreux, l’augmentation du coût des soins et par conséquent l’altération de la qualité de vie de ces patients. De ce fait, l’amélioration de sa prise en charge est un déterminant essentiel de leur qualité de vie.
Objectif : L’objectif de cette étude est d’étudier l’impact de la dépression sur la qualité de vie (QDV) des sujets âgés atteints de cancer.   
Matériels et Méthodes : Il s’agit d’une étude descriptive transversale menée auprès de 50 patients suivis au  service  d’oncologie médicale du CHU  Kairouan. L’évaluation a été faite sur une période de 3 mois (entre octobre 2015 et  décembre 2015). Nous avons procédé à l’évaluation de la dépression par l’utilisation de l’échelle de dépression gériatrique (GDS), à l’évaluation de la qualité de vie par l’échelle SF-36. L’analyse des résultats était faite ave le logiciel SPSS 20.
Résultats : Dans notre étude, l’évaluation de la QDV de l’ensemble de nos patients a révélé un score moyen général (SMG) de 38,34 avec des extrêmes de 9,48 à 93,45.Parmi ces patients, 94% ont une qualité de vie altérée. Cette altération a touché toutes les dimensions. La composante physique était altérée avec un score de 37,13, la composante mentale avec a un score de 39,97. Le syndrome dépressif  était significativement associé  à une altération de la qualité de vie globale (p<10-3). Ainsi, les patients déprimés avaient un score plus altérés que les patients non déprimés concernant de la composante physique (p=0,002) avec la dimension fonction physique (p=0,009) et santé générale (p<10-3) et concernant la composante mentale (p<10-3) avec la dimension vitalité (p<10-3), fonctionnement sociale (p= 0,018) et santé mentale (p<10-3).
Conclusion :L’impact de la symptomatologie dépressive sur la qualité de vie des sujets âgés cancéreux est majeur. La généralisation d’utilisation par les oncologues  de l’échelle GDS qui reste un outil fiable, facilement applicable ; permette de faciliter le dépistage précoce d’une dépression et d’améliorer significativement l’efficacité de la prise en charge comparativement aux modalités habituelles de soins à fin de conserver la qualité de vie de cette population.   

Commentaires de la présentation

Soyez le premier à commenter cette présentation

Back to main page in