Filtrer par

Catégorie

Introduction
Les cytochromes P450 (CYP) 2C19 et CYP2D6 sont impliqués dans le métabolisme des principaux médicaments antipsychotiques et antidépresseurs. Une grande variabilité de leur activité enzymatique a été décrite en raison de polymorphismes génétiques, aboutissant à des profils de métabolisme lent (ML) ou ultrarapide (MUR). Ces profils sont ainsi être reliés à des concentrations plasmatiques potentiellement supra-ou infra-thérapeutiques pouvant impacter la prise en charge du patient. Une analyse pharmacogénétique pourrait alors identifier ces patients à risque élevé dans le but d'offrir une prescription personnalisée. Le but de cette étude était de décrire les fréquences alléliques des polymorphismes des gènes CYP2C19 et CYP2D6 dans une cohorte psychiatrique importante et d'évaluer l’impact des profils extrêmes (ML et MUR).
Méthode
Nous avons analysé rétrospectivement les résultats des génotypes CYP2C19 et CYP2D6 réalisés chez les patients suivis en HDJ pour schizophrénie ou dépression dans un centre de référence (mai 2011 à mai 2015). Les dossiers médicaux des patients traités par des médicaments substrats des CYP2C19 et/ou CYP2D6 et présentant un profil de métabolisme extrême ont été étudiés (recherche de réactions indésirables et d’inefficacité clinique).
 Résultats
Nous avons analysé les génotypes de 499 patients. Les fréquences des profils de métabolisme ML et MUR pour le CYP2C19 ont été de 1,4% et 4,3%, respectivement. Quarante et un profils de génotypes CYP2D6 différents ont été observés. Les fréquences des profils de métabolisme ML et MUR ont été de 4,5% et 6,5%, respectivement. Dans cette population psychiatrique, nous avons observé une fréquence de profil MUR pour le CYP2D6 plus importante que celle habituellement décrite dans la population générale. L’analyse des dossiers des patients présentant un profil de métabolisme extrême a montré une mauvaise réponse clinique chez 65,5% des patients MUR et la présence d’effets indésirables chez 53,8% des patients ML.
Conclusion
Cette  étude a évalué les polymorphismes génétiques des CYP2D6 et CYP2C19 dans la plus grande cohorte psychiatrique française. Nous avons identifié 13% de patients métaboliseurs extrêmes présentant en majeure partie des problématiques cliniques, que ce soit en termes d'efficacité ou de toxicité. Ces résultats montrent ainsi l’impact significatif du profil de métabolisme par les CYP2D6 ou CYP2C19 sur la prise en charge du patient de psychiatrie.

Commentaires de la présentation

Soyez le premier à commenter cette présentation

Back to main page in